La Ferme de Prélide

Poulets de race Rouge Lourd, pintades, canards gras, dinde et chapon

//La Ferme de Prélide
La Ferme de Prélide2017-10-30T21:16:09+00:00

Project Description

La Ferme de Prélide
  • EARL La Ferme de Prélide
    Sébastien FUMERON

  • 6 rue des brandes
    « Les chaumes de Péré », 17700 Péré

  • Poulets de race Rouge Lourd, pintades, canards gras, dinde et chapon

La Ferme de Prélide est une exploitation polyculture élevage avec 165 hectares dont 155 ha en culture de vente, et 15000 volailles élevaient en pleine aire sur 8ha de prairie et alimenté par les céréales de la ferme.
Ces cultures sont produites sur des terres de type groie argilo calcaire qui se situent sur deux sites à 15 km d’écart.
Sur cette ferme travaillent un exploitant, Sébastien Fumeron, 3 salariés à plein temps et une personne en temps partiel.

Interview de Sébastien Fumeron

Présentation de l’exploitation

La production de poulets et canards

Les poussins arrivent sur le site à l’âge de 1 jour. Ils sont mis dans une poussinière sur paille chauffée de 25 à 30 degrés, et sont nourris avec de la miette (céréales finement concassées, blé, mais) pendant 4 semaines.

Jusqu’à 20 semaines, les poussins vont intégrés des parcours extérieurs enherbés constitués de poulaillers déplaçables. Ce type de structure permet de faire des vides sanitaires entre deux lots de volailles.
Pendant ces 20 semaines, ils seront vermifugés 1 fois et recevrons 2 apports de calcium, dans les premiers jours, pour renforcer leur croissance.
Au bout de 120 à 140 jours, ces volailles sont finies d’être élevées dans les parcours en plein air et sont nourries avec des aliments, composées de céréales de la ferme et des compléments minéraux.
Une fois que le lot de volailles atteint son âge de maturité (16 semaines), l’éleveur commence à prélever dans le lot (2 à 3 semaines d’abattage suivant la demande).

Un nettoyage et une désinfection des poulaillers sont effectués. Ces cabanes sont déplacées sur un autre parcours pour recommencer un nouveau cycle.

Les parcours font entre 2500 et 3000 m2 chacun avec environ 700 poulets et 100 pintades.

La nourriture est donnée une fois par semaine dans de grandes mangeoires, les poulets sont libres, nuits et jours, et peuvent consommer 140 grammes de mélanges de céréales et d’herbe par jour (soit 19Kg d’aliment par vie).

L’exploitation a mis en place un principe de biosécurité tout au long de la journée.

Les canards de race Mulard (croisement entre la canne de pékin et le canard de barbarie) arrivent sur l’exploitation pour le gavage à l’âge de 13 semaines (après avoir vécu en plein air autour de Courlay en Deux sèvres). Seuls les mâles sont choisis pour être gavés avec du maïs grains broyés.
Des lots de 110 à 220 canards suivant la saison sont gavés, sur la ferme, matin et soir, de septembre à avril.
Après 13 jours de gavage, les canards sont abattus dans la tuerie familiale créée en 2008. Ils sont ensuite plumés, éviscérés pour extraire le foie gras dans l’atelier de transformation en dérogation.

La transformation des poulets et canards

Les volailles sont abattues sur le site, à l’âge de 120 jours, en respectant les règles du bien-être animal. Un poulet prêt à cuire peut peser entre 1,7 à 3Kg et une pintade entre 1,5 et 2Kg.

Elles sont plumées, vidées et découpées dans l’atelier de transformation dérogatoire.

Différentes façons de commercialisation sont proposées :

  • Volailles entières sous filme avec une DLC* de 6 jours
  • Volailles découpées sous vide avec une DLC de 21 jours
  • Volailles destinées à la préparation de plats cuisinés avec une DLC de 14 jours (lasagnes, poulets rôtis à la moutarde, terrine de poulets…)

*DLC = Date limite de consommation

La carcasse du canard est découpée en magrets, cuisses, steaks et aiguillettes.
Le foie gras est travaillé, pasteurisé, stérilisé et vendu en frais ou cuisiné en différentes terrines.
Toutes ces étapes sont effectuées sur l’exploitation en respectant les conditions d’hygiène, de traçabilité et du bien être animal.
L’exploitation a recours au LASAT pour ces contrôles et pratique différents autocontrôles pour contrôler l’aspect sanitaire.